Concrètement, comment ça s'organise une transition bas carbone ? - MyCO2 - Calculez votre empreinte carbone personnelle

Concrètement, comment ça s’organise une transition bas carbone ?

C’est l’une des questions à laquelle tâchent de répondre la plupart des pays du monde. En France, la réponse qui a été apportée est la Stratégie Nationale Bas Carbone, ou SNBC.

La SNBC a été adoptée en 2015 et définit la marche à suivre pour atteindre les engagements climatiques de la France, en l’occurrence une diminution de 40% des émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à leur niveau de 1990. Cet objectif représente une étape vers l’objectif ultime de la neutralité carbone en 2050.

Toutefois, parler d’émissions de gaz à effet de serre est trop vague pour comprendre ce qui doit changer en pratique, concrètement. Carbone 4 a donc réalisé une étude pour évaluer en détails les évolutions de onze “paramètres structurants”. Ces paramètres représentent environ 80% du potentiel de réduction des émissions liées aux trois secteurs les plus émissifs en France : le transport de personnes, le logement et l’agriculture.

Si ces onze points sont décisifs pour les trois secteurs les plus importants sur le plan des émissions, échouer à les faire évoluer de manière significative signifie aussi échouer à atteindre les objectifs que la France s’est donnés.

Par exemple, l’adoption du train pour les déplacements en France au lieu de l’avion ou de la voiture représente une piste à fort potentiel pour réduire nos émissions.  Si nous souhaitons être en phase avec la SNBC, il serait nécessaire d’augmenter le trafic ferroviaire de 20% d’ici à 2030. Les mesures proposées par l’Etat ne permettent qu’une augmentation du trafic de 10%.

Parmi les onze paramètres structurants, seulement deux sont en phase d’être atteints. L’action de l’Etat est donc nettement en deçà de ses engagements. Ce retard est d’autant plus préoccupant que si la France ne vise qu’une réduction de 40% des émissions, l’Union Européenne vient de rehausser les objectifs collectifs à 55%.

Bien sûr, une idée à laquelle nous sommes attaché·es chez MyCO2 est que si l’Etat joue un rôle majeur dans la décarbonation de l’économie, ces transformations ne se feront pas sans l’ENVIE des Françaises et des Français.

Le rôle des particuliers apparaît clairement dans les paramètres structurants de l’étude de Carbone 4. Par exemple si l’Etat est particulièrement lent sur le remplacement des véhicules thermiques par des véhicules électriques, cette transition peut être accélérée par les particuliers. In fine, ce sont eux qui choisiront d’acheter ou non.

Le même raisonnement s’applique à quasiment tous les paramètres structurants : trop de logements individuels chauffés au gaz ? Faites installer une pompe à chaleur. Trop de bœufs en France ? Adoptez une alimentation sans viande rouge.

Découvrez comment agir efficacement pour le climat à votre échelle lors d'une conférence MyCO2 gratuite.